Votre navigateur (Internet Explorer 6) est obsolète. Il est contient des failles de sécurité et ne peut pas afficher toutes les fonctionnalités de ce site ou d'autres sites. Apprenez comme mettre à jour votre navigateur.
X

0 commentaires

Non classé

28 avril 2014

Teleton

Hier je suis allé visiter le centre Teleton de Santiago. Comme en France, Teleton se base sur une récolte de dons lors d’une émission TV. Les dons récoltés permettent la construction de différents centres (ils en sont à 13 centres au Chili) qui accueillent des personnes avec un handicap moteur jusqu’à l’âge de 24 ans. Les centres de Teleton reçoivent plus de 26000 patients par an.

J’arrive donc dans ce centre qui est le premier à être construit. Je fais la visite accompagné de deux volontaires. Hélas je n’ai pas eu l’autorisation de prendre de photos ni de réellement communiquer avec les rééducateurs, car ils étaient au travail.

Durant ma visite j’ai quand même pu les observer. Tout d’abord, j’ai retrouvé, du point de vue de la rééducation, du matériel similaire à la France ainsi que les techniques rééducatives pratiquées et notamment du Bobath.

En revanche, sur la vie quotidienne du centre j’ai remarqué des différences. En effet ici il n’y a pas d’aide-soignantes, de brancardiers, etc… Les enfants ne restent pas sur place pour passer les nuits et rentrent chez eux tous les jours. Afin d’avoir les prestations prises en charge par Teleton, au moins un membre de la famille doit être constamment présent. Il est en charge de l’enfant, de le changer pour la piscine, pour manger, lors du transport dans les différentes activités et il peut aider le rééducateur.

Le centre dispose aussi de plusieurs volontaires chargés d’occuper les enfants lors des attentes et d’aider en plus si nécessaire les ré-éducateurs.

En France souvent, on retrouve des centres où les enfants sont envoyés et pris en charge par l’institut 24h/24. La prise en charge médicale se fait alors souvent sans la famille qui n’est pas présente ou qui reste dans la salle d’attente.

[geo_mashup_map]

 

Pour être sûr de ne pas rater un nouvel article, inscrivez-vous à la newsletter d’EspoirKiné :