Votre navigateur (Internet Explorer 6) est obsolète. Il est contient des failles de sécurité et ne peut pas afficher toutes les fonctionnalités de ce site ou d'autres sites. Apprenez comme mettre à jour votre navigateur.
X

1 commentaire

Non classé

23 septembre 2013

Smirtee

Lors de mes recherches de « couchsurfing » sur Katmandu, pour attendre l’arrivée de Tao, j’ai reçu la proposition d’hébergement de Madan. Il est responsable d’une agence de trekking : Touch the Himalaya (www.tthimalaya.com) et papa d’une fille de 8 ans atteinte de Paralysie cérébrale qui s’appelle Smirtee. J’ai passé deux jours dans son appartement avec sa famille.

IMGP8578

De gauche à droite: Goma, Smirtee, Madan

Habituellement, Madan travaille tous les jours. Mais il a pris une journée de congé pendant que j’étais là pour voir ce qui peut être mis en place pour Smirtee. Une journée, c’est court, mais nos échanges permettront, je l’espère, à la famille de Madan de stimuler un peu plus Smirtee et lui éviter de prendre de mauvaises positions. Même si d’un point de vue global, sa famille et ses voisins s’occupent bien d’elle, ils ne la laissent pas seule dans un coin. Ils prennent du temps avec elle, la stimule l’aide à marcher, son père lui achète du matériel, etc.

Smirtee a un retard moteur qui fait qu’elle ne peut pas marcher seule, mais déambule à quatre pattes.

Auparavant, Smirtee allait dans une école spécialisée avec de la rééducation. Mais ces écoles sont loin du lieu de vie de la famille, coutent cher (jusqu’à 50% du salaire de Madan) et le ramassage des enfants vient d’être supprimé. Madan ne reçoit aucune aide directe de l’état pour Smirtee et a donc décidé de la placer dans une école normale près de chez lui. Cependant il a dû demander à 7 écoles différentes pour en trouver une qui accepte Smirtee. Elle est dans une classe avec des enfants âgés de 4 ans.

Goma, la mère de Smirtee est responsable d’une petite manufacture: Purnima collection and export (www.purnimacollection.com) qui emploie des personnes avec un handicap. Ces personnes trouvent alors un travail qu’elles auraient eu du mal à trouver dans une entreprise classique en raison de leur handicap. Hélas, je n’ai pas pu parler longuement avec Goma de cette initiative, car elle ne parle pas anglais.

[geo_mashup_map]

  • Bel article, plein d’humanité.

    Patrick

    22 h 13 min
    27/09/2013